comit� scientifique pour une science responsable

OGM : que la vraie science tranche !

Lettre ouverte au Premier ministre M. François Fillon et aux ministres de l’Ecologie M. Jean-Louis Borloo et Mme Nathalie Kosciusko-Morizet et de la Santé Mme Roselyne Bachelot concernant la polémique actuelle sur les OGM.

OGM : QUE LA VRAIE SCIENCE TRANCHE !

La polémique née de l’examen de la loi sur les OGM est liée en premier lieu à  l’ignorance. Ignorance dans le camp des “pour” comme dans celui des “contre”, de données scientifiques sur les effets des OGM sur la santé humaine. Et ce n’est pas la création de Hauts Comités divers chargés de donner des avis ou des recommandations qui vont changer cet état de fait. Il n’y a qu’une solution à  la controverse : établir, par des moyens scientifiques rigoureux et pertinents, les effets des OGM sur l’homme, et en premier lieu sur du matériel biologique humain, nos cellules.

De telles méthodes existent depuis près de 15 ans : les “ -omics “, qui permettent d’observer, dans des cellules en culture, l’ensemble des réponses biologiques. Le savoir-faire pour mettre en oeuvre ces méthodes est présent en France. Parmi les organisations compétentes, Antidote Europe regroupe des scientifiques issus des établissements publics de recherche et a une bonne pratique de l’une de ces méthodes, la toxicogénomique. Cette technologie permet de mesurer les perturbations dans l’expression des gènes de la cellule quand celle-ci est soumise à  une substance chimique ou autre stress (voir http://www.antidote-europe.org).

Antidote Europe a identifié dans les OGM trois types de risques :

  1. Ceux liés à  la construction génétique elle-même (voir l’effet des promoteurs). Il est prouvé qu’une certaine quantité de ces constructions se retrouvent dans les cellules de l’organisme humain ou animal qui consomme l’OGM, en particulier les cellules de l’intestin. Ces promoteurs peuvent se trouver insérés devant des “ oncogènes “ et en commander l’expression. Les oncogènes, dont l’activité est indispensable durant le développement embryonnaire, sont associés aux pathologies cancéreuses s’ils continuent à  s’exprimer à  l‘âge adulte.
  2. Ceux liés aux produits issus de cette construction, par exemple la protéine “bt” contenue dans le maïs génétiquement modifié. Le fait que cette protéine provoque des trous dans les parois intestinales des insectes exposés a déjà  été documenté. Grâce à  la toxicogénomique, on pourrait apprécier l’effet du “bt” sur des cellules humaines en culture.
  3. Ceux liés aux pesticides dont l’utilisation est encouragée par cette construction (le glyphosate, par exemple, toléré par les OGM “ Roundup Ready “). La toxicogénomique permettrait aussi d‘évaluer les effets du glyphosate sur des cellules humaines en culture ; Antidote Europe a déjà  réalisé ce type de test pour d’autres pesticides.

Tant que ces tests n’auront pas été faits, le consommateur continuera à  être exposé aux risques éventuels de ces organismes génétiquement modifiés.



Communiqués de presse

Les perturbateurs endocriniens courent toujours

26 septembre 2013: Un rapport du gouvernement sur les perturbateurs endocriniens prévoit de tester 5 substances par an sur trois ans... Et pourquoi pas les 800 substances suspectées par l'OMS en quelques mois ? Antidote Europe fournit la méthode.

STOP VIVISECTION : 550 000 signatures et plus !

wolinski 23 août 2013: Paris, le 23 août 2013 - Plus de 550.000 Européens ont déjà voté auprès de la Commission européenne contre l’expérimentation animale. Objectif avant le 31 octobre : un million de signatures ! Pour protester contre la directive relative à la protection

STOP VIVISECTION accueillie au Parlement européen

11 juillet 2013: Perpignan, le 8 juillet 2013 - L'initiative citoyenne européenne "STOP VIVISECTION" vient d'être présentée au Parlement européen : une étape importante pour la recherche biomédicale et la participation des citoyens européens aux choix fondamentaux pour l'avenir.

« Stop Vivisection » présentée au Parlement européen

21 juin 2013: Perpignan, le 20 juin 2013 - L’initiative citoyenne européenne « Stop Vivisection » sera présentée au Parlement européen le 26 juin prochain. L’événement sera organisé par les eurodéputés Sonia Alfano (ALDE), Jo Leinen (SD), Cristiana Muscardini (ECR) et Michèle Striffer (PPE). Une

15 juin : Journée citoyenne contre l’expérimentation animale

13 juin 2013: Communiqué de presse   15 juin : Journée citoyenne contre l’expérimentation animale   Perpignan, le 13 juin 2013 - Le 15 juin 2013 sera la Journée « Stop Vivisection », une journée consacrée à la collecte de signatures pour l’initiative citoyenne européenne

Archives

   2013

   2012

   2011

   2010

   2009

   2008

   2007

   2005