comit� scientifique pour une science responsable

Le bisphénol A dans les biberons européens : sans danger ? Voire !

D’après l’EFSA, l’exposition do foetus humain au bisphénol A serait négligeable car la mère métabolise et élimine rapidement cette substance. Une conclusion qui contredit les connaissances fondamentales en pharmacodynamique. 

Tandis que le Gouvernement canadien envisage d’interdire l’importation, la vente et la publicité pour les biberons en polycarbonate contenant du bisphénol A (BPA), l’Agence européenne de sécurité alimentaire (EFSA) semble vouloir profiter de la torpeur de l‘été pour clore en douce la polémique avec des arguments pour le moins surprenants. Antidote Europe, dont les chercheurs ont évalué la toxicité du bisphénol A sur des cellules humaines révélant ses activités cancérigène et de perturbateur endocrinien, dénonce la désinvolture de l’EFSA qui néglige de prendre en considération ces données pour réviser son avis.

Déjà  le 29 janvier 2007, se basant sur une étude effectuée sur des rats, l’EFSA avait recommandé une dose journalière admissible (DJA) de 0,05 milligrammes par kilo de poids corporel. Dans son communiqué du 23 juillet 2008, bien que reconnaissant qu’il existe des “différences significatives entre humains et rongeurs”, l’EFSA maintient cetteDJA, ignorant visiblement les données de toxicogénomique (méthode mesurant la toxicité d’une substance d’après les perturbations imposées aux gènes) sur des cellules humaines et transmises à  l’EFSA par Antidote Europe le 15 mai 2008. Ces données auraient pu permettre à  l’EFSA de réévaluer la DJA à  partir de données pertinentes pour l’homme.

Pour justifier son maintien de la DJA du BPA, l’EFSA remarque que “les personnes métabolisent et excrètent le BPA plus rapidement que les rongeurs” et conclut que “l’exposition du foetus humain au BPA serait négligeable car la mère métabolise et élimine rapidement le BPA”. L’EFSA considère donc que métabolisation et élimination rapides protègent des effets toxiques. Ceci est pour le moins surprenant et en tout cas en contradiction flagrante avec les connaissances fondamentales de pharmacodynamique, puisque la plupart des médicaments sont métabolisés et éliminés dans les heures qui suivent la prise, ce qui ne les empêche pas d’avoir les effets thérapeutique recherchés ou indésirables.

Antidote Europe demande que les autorités sanitaires évaluent très sérieusement les risques pour l’homme posés par son exposition massive au BPA (production annuelle : 3 millions de tonnes !), notamment sur des cellules humaines en culture, par des méthodes scientifiquement éprouvées et disponibles aujourd’hui, plutôt que de s’en remettre à  des tests sur des animaux sans pertinence pour l’homme.



Communiqués de presse

Les perturbateurs endocriniens courent toujours

26 septembre 2013: Un rapport du gouvernement sur les perturbateurs endocriniens prévoit de tester 5 substances par an sur trois ans... Et pourquoi pas les 800 substances suspectées par l'OMS en quelques mois ? Antidote Europe fournit la méthode.

STOP VIVISECTION : 550 000 signatures et plus !

wolinski 23 août 2013: Paris, le 23 août 2013 - Plus de 550.000 Européens ont déjà voté auprès de la Commission européenne contre l’expérimentation animale. Objectif avant le 31 octobre : un million de signatures ! Pour protester contre la directive relative à la protection

STOP VIVISECTION accueillie au Parlement européen

11 juillet 2013: Perpignan, le 8 juillet 2013 - L'initiative citoyenne européenne "STOP VIVISECTION" vient d'être présentée au Parlement européen : une étape importante pour la recherche biomédicale et la participation des citoyens européens aux choix fondamentaux pour l'avenir.

« Stop Vivisection » présentée au Parlement européen

21 juin 2013: Perpignan, le 20 juin 2013 - L’initiative citoyenne européenne « Stop Vivisection » sera présentée au Parlement européen le 26 juin prochain. L’événement sera organisé par les eurodéputés Sonia Alfano (ALDE), Jo Leinen (SD), Cristiana Muscardini (ECR) et Michèle Striffer (PPE). Une

15 juin : Journée citoyenne contre l’expérimentation animale

13 juin 2013: Communiqué de presse   15 juin : Journée citoyenne contre l’expérimentation animale   Perpignan, le 13 juin 2013 - Le 15 juin 2013 sera la Journée « Stop Vivisection », une journée consacrée à la collecte de signatures pour l’initiative citoyenne européenne

Archives

   2013

   2012

   2011

   2010

   2009

   2008

   2007

   2005