News

Communiqués de presse : Qu'y aurait-il à craindre d'un débat sur l'expérimentation animale ?

Antidote Europe vient d’envoyer au Directeur général du CNRS, à celui de l’INSERM et à celui de l’INRA, une lettre demandant que ces EPST (établissement public à caractère scientifique et technologique) , qui consacrent une part importante de leurs budgets à l’expérimentation avec des modèles animaux, prennent position sur une question simple mais essentielle : les évaluations des risques sanitaires humains sur des animaux considérés comme modèles biologiques de l’homme, sont-elles pertinentes et scientifiquement justifiées ?

Un moucheron attaque l'empire des OGM

Article de Claude Reiss, président d’Antidote Europe

Commentaire de Claude Reiss, président d'Antidote Europe

La coupe est pleine par Claude Reiss

Etude "Test cancer" : mission accomplie !

Nos cellules nerveuses n’aiment pas les pesticides ! Une étude sans expérimentation animale le démontre.

Pourquoi Antidote Europe ?

Pourquoi l'Europe ?

 

Les molécules ne sont pas limités par les frontières nationales.

“Antidote” parce qu’il n’est pas trop tard pour réagir bien que nous soyons déjà  tous exposés au risque que représentent les dizaines de milliers de molécules chimiques présentes dans notre environnement. La solution, contre-poison en quelque sorte, consiste a évaluer de façon fiable la toxicité de ces substances et à  interdire les plus dangereuses. Grâce à  notre Programme de Toxicologie Scientifique , nous apportons une partie de la solution.

“Europe” parce que les molécules ne connaissent pas de frontières et la pollution est partout dans le monde. En attendant de créer “Antidote International”, il nous semblait indispensable de rayonner d’emblée hors de l’hexagone, de nous adresser aux institutions européennes puisque ce sont leurs directives qui influencent, désormais, les lois nationales. Cet objectif nous paraît d’autant plus réalisable que notre président est également conseiller scientifique d’une association anglaise (Europeans for Medical Progress) et collabore avec de nombreuses associations dans et hors de nos frontières.