News

Communiqués de presse : Qu'y aurait-il à craindre d'un débat sur l'expérimentation animale ?

Antidote Europe vient d’envoyer au Directeur général du CNRS, à celui de l’INSERM et à celui de l’INRA, une lettre demandant que ces EPST (établissement public à caractère scientifique et technologique) , qui consacrent une part importante de leurs budgets à l’expérimentation avec des modèles animaux, prennent position sur une question simple mais essentielle : les évaluations des risques sanitaires humains sur des animaux considérés comme modèles biologiques de l’homme, sont-elles pertinentes et scientifiquement justifiées ?

Un moucheron attaque l'empire des OGM

Article de Claude Reiss, président d’Antidote Europe

Commentaire de Claude Reiss, président d'Antidote Europe

La coupe est pleine par Claude Reiss

Etude "Test cancer" : mission accomplie !

Nos cellules nerveuses n’aiment pas les pesticides ! Une étude sans expérimentation animale le démontre.

Pourquoi Antidote Europe ?

Un comité scientifique

 

Notre président et un grand nombre de nos membres sont des chercheurs avec les pouvoirs établis et sont par conséquent compétent pour exprimer un avis éclairé sur ce sujet.

Notre comité s’oppose à  l’expérimentation animale pour des raisons strictement scientifiques. Notre président et nombre de nos membres sont des chercheurs d’envergure internationale et nous pensons donc pouvoir légitimement nous exprimer sur ce sujet. C’est là  le pourquoi d’Antidote Europe : informer sur les dégâts que cette pratique provoque sur la santé humaine et sur l’environnement et promouvoir des méthodes véritablement scientifiques.

Le danger réside dans le fait que les résultats de l’expérimentation animale ne sont pas transposables à  l’humain, ni d’une espèce animale à  une autre. Par conséquent, lorsqu’une thérapie est mise au point, lorsque l’efficacité d’un médicament est testée, lorsque le risque toxique d’un produit chimique est évalué sur des cohortes d’animaux cobayes, nous ne sommes en rien renseignés sur les effets de ces thérapie, médicament ou produit sur les humains. Des dizaines de milliers de produits chimiques sont utilisés, certains étant jugés non toxiques sur la foi de tests sur les animaux, d’autres sans aucune évaluation. Or, telle substance inoffensive (ou déclarée telle) pour telle ou telle espèce animale ne l’est pas nécessairement pour les humains.

Nous sommes donc cobayes au même titre que les animaux. Parmi les conséquences de cet état de fait, les effets secondaires de médicaments qui sont parmi les principales causes de mortalité dans les pays industrialisés, l’augmentation exponentielle des décès par cancer à  mettre en relation avec la quantité de substances chimiques cancérigènes qui peuvent être décelées dans un échantillon sanguin de n’importe quel habitant d’Europe ou d’Amérique du Nord, l’augmentation du nombre de cas de maladies neurologiques (Alzheimer, Parkinson, sclérose en plaques, etc.), l’augmentation de la stérilité masculine, etc.