Entretiens avec des chercheurs ou médecins opposés à l’expérimentation animale

Au départ, nous voulions aider les militants (surtout ceux qui tiennent des stands d’information) qui se voient apostropher d’un : « Vous n’êtes pas scientifique ! ».
Nous rappelons à ces militants qu’ils peuvent fournir les coordonnées d’Antidote Europe, afin que la personne (souvent scientifique elle-même) puisse nous poser directement sa question. Nous nous efforçons de répondre au mieux.
Cependant, les membres de notre équipe n’auront pas forcément la réponse à une question très précise et pointue. C’est pourquoi nous avons sollicité des médecins et des chercheurs, spécialisés dans différents domaines, tous rompus à la recherche sans animaux. Parmi ces spécialistes, il y a des professeurs, chefs de départements universitaires ou hospitaliers, toujours en activité dans des centres où la politique institutionnelle leur a permis de s’exprimer assez librement.
Par contre, lors de deux entretiens, les interviewés ont préféré rester anonymes par crainte de poursuites, dites « d’intimidation institutionnelle » dues à leur opposition à l’expérimentation animale, ce qui est perçu par l’institution comme une attaque aux travaux d’autres chercheurs de la même institution.
Parmi les chercheurs ou médecins qui ont accepté de donner leur identité, certains ont bien subi l’intimidation institutionnelle au cours de leurs carrières professionnelles.
Nous espérons que vous appréciez toute la valeur de ces interviews et nous continuerons à en faire afin de montrer qu’il existe de plus en plus de scientifiques courageux et honnêtes, qui dénoncent le « modèle animal » en dépit des risques pour leur avenir professionnel.