Contact : 25 rue Jacques Callot - 66000 Perpignan - France
info@antidote-europe.org
Tel : 33 (0)4 68 80 53 32
Lundi et jeudi de 10h30 à 18h / Monday and Thursday from 10h30 to 18h
Accueil
Informez-vous
Presse
Adhérer

Communiqué de presse - 24 mai 2005

Antidote Europe reçue au ministère de l'Ecologie

Des représentants du comité scientifique Antidote Europe étaient reçus cette semaine au ministère de l'Ecologie et du Développement durable, par Mme Marie-Claire Daveu, directrice du Cabinet, et deux conseillers techniques.

Claude Reiss, ancien directeur de recherche au CNRS, président d'Antidote Europe, a exposé les nombreux avantages du Programme de toxicologie scientifique (PTS), méthode que son équipe a mise au point pour évaluer la toxicité des substances chimiques. Contrairement à la toxicologie sur animaux ou à certaines méthodes substitutives utilisées couramment de nos jours, le PTS est fiable puisque l'on interroge des cellules HUMAINES en culture, exposées à la substance à tester, il est peu coûteux car facilement automatisable, il est très rapide puisqu'un seul test dont le résultat est disponible en quelques jours fournit une évaluation sur plusieurs critères (cancérogénicité, immunotoxicité, neurotoxicité, etc.) alors que le seul test de cancérogénicité sur les animaux, par exemple, se déroule sur deux années !

Le PTS se fonde sur la génomique (connaissance de la fonction des gènes humains) et les puces à ADN (dispositif pour détecter d'éventuels dysfonctionnements de ces gènes). Des programmes de toxicogénomique sont en cours d'implémentation aux Etats-Unis mais l'Europe est en retard dans ce domaine. De même, pour les puces à ADN, de nombreux brevets existent déjà aux Etats-Unis mais Antidote Europe n'a identifié qu'un seul laboratoire européen capable de les produire. Le PTS est donc une technique innovante et Antidote Europe a démontré qu'elle pouvait être mise en place dès aujourd'hui si la volonté politique était suffisante.

La France pourrait devenir leader dans ce domaine. Va-t-elle s'en donner les moyens ? C'est la question posée par Antidote Europe aux représentants du ministère de l'Ecologie, lesquels, au cours de ce premier contact, se sont montrés très intéressés et motivés.

C'est bien sûr le projet REACH qui est en toile de fond et les prochaines discussions entre les ministres concernés des différents états membres.