Contact : 25 rue Jacques Callot - 66000 Perpignan - France
info@antidote-europe.org
Tel : 33 (0)4 68 80 53 32
Lundi et jeudi de 10h30 à 18h / Monday and Thursday from 10h30 to 18h
Accueil
Informez-vous
Presse
Adhérer

Communiqué de presse - 2 avril 2007

Une oubliée de la campagne : notre santé

Le comité scientifique d'Antidote Europe constate que le thème de la santé est rarement abordé par les candidats à l'élection présidentielle et que les questions de fond sont plus rarement encore évoquées. Pourtant, la santé est notre bien le plus précieux et sa préservation mériterait des efforts importants. Ceux-ci n'entraîneraient pas nécessairement davantage de dépenses, bien au contraire !

Le questionnaire ci-dessous a été envoyé aux douze candidats à l'élection présidentielle. Une réponse a déjà été reçue. Toutes les réponses seront publiées sur le site internet d'Antidote Europe.

Antidote Europe est une association à but non lucratif créée par des chercheurs issus du CNRS oeuvrant pour une meilleure prévention en matière de santé humaine.

QUESTIONNAIRE :

La santé des Français va mal ! Par exemple :
- Le cancer est la première cause de mortalité en dessous de 65 ans. En 2006, 300 000 nouveaux malades ont rejoint les 750 000 qui en souffraient déjà. L’incidence augmente de 1,5% par an depuis 30 ans.
- Les démences affectent 1,5% de la population. Leur incidence augmente de 1 à 1,5% par an depuis 30 ans. En 2006, 165 000 personnes ont rejoint les 850 000 qui souffraient déjà de maladie d’Alzheimer (70% des cas de démences).
- Parmi les enfants de moins de 15 ans, 1 sur 8 souffre d’un trouble mental (autisme, anorexie, boulimie, schizophrénie, troubles obsessionnels compulsifs, hyperactivité, etc.), 1 sur 4 est allergique…

Principaux responsables :
- Notre environnement : produits chimiques toxiques, autres pollutions, styles de vie à risques...
- Progrès thérapeutiques insuffisants

Vous engagez-vous à stopper et à inverser ces tendances désastreuses pour nous et les générations à venir :

- Par une recherche biomédicale véritablement scientifique ?
En 30 ans, l’augmentation de l'espérance de vie après diagnostic d’un cancer ne se compte qu'en semaines. Il n’existe aucune médication efficace contre les maladies d'Alzheimer, de Parkinson, contre la sclérose en plaque, pour éliminer le virus du SIDA du corps des personnes séropositives. En 30 ans, combien de communiqués triomphaux clamant des progrès décisifs chez la souris, le rat, le singe, restés sans lendemain pour le patient humain ?
Nous vous demandons de promouvoir une recherche biomédicale n'ayant pas recours à de prétendus modèles animaux, puisqu’il est prouvé qu’aucune espèce animale n’est un modèle biologique fiable pour l’homme.

- Par une protection renforcée des nouveaux-nés et des enfants ?
Les enfants naissent avec, en moyenne, déjà 10 substances chimiques de synthèse dans leur cordon ombilical. Aliments et soins pour bébés contiennent des pesticides, des additifs chimiques. Par unité de poids les enfants mangent, boivent et respirent plus que les adultes ; ils absorbent donc plus les substances chimiques qui nous environnent.
Nous vous demandons d'interdire les pesticides et additifs toxiques dans les aliments pour bébés, de créer un label "sécurité future maman" pour aider les femmes enceintes à éviter l'exposition aux substances dangereuses, de créer un label "sécurité enfant" pour les produits ménagers d’intérieur (peintures, teintures, vernis, etc.) ne contenant pas de substances (volatiles en particulier) toxiques.

- Par une prévention sans faille ?
La toxicité des 100 000 produits chimiques avec lesquels nous pouvons être en contact doit être évaluée de façon scientifique. Plus d'un million de décès prématurés par an en Europe pourraient ainsi être évités. L’Union européenne (projet REACH) doit tester un nombre restreint de ces produits sur des animaux : c'est dangereux car un produit "bon pour le rat" peut s'avérer toxique pour nous.
Nous vous demandons d'agir pour imposer une évaluation rigoureuse des risques toxiques. La toxicogénomique, une méthode éprouvée, est déjà adoptée à l’étranger, valable pour l’homme, infalsifiable, 100 fois plus rapide et 100 fois moins chère que les tests sur des animaux.

Le progrès scientifique devrait bénéficier à la santé humaine. Une prévention efficace des maladies est possible et devrait être une priorité pour tout gouvernement.